jazz in, le jazz en mode multimédia

Generic filters

Souillac en Jazz 2019


Souillac en jazz, avec ses bénévoles, multiplie depuis 43 ans les partenariats publics comme privés, de la Ville de Souillac avec ses bibliothèque et cinéma, aux associations locales en passant par des entreprises phares de la ville, commerces, artisans, professions libérales sans oublier le Département du Lot, la Région Occitanie – Pyrénées Méditerranée et la Vallée de la Dordogne.

Souillac en jazz, en touchant un public fidèle et curieux et en proposant des musiques et des musiciens inhabituels, contribue par ses retombées économiques au développement social du territoire. Nul doute que le trio Alain Bruel / Michel Marre / François Thuillier dans les grottes de Lacave ; l’époustouflant Andreas Schaerer, meilleur vocaliste international aux Echo Jazz Awards et prix « Révélation de l’année 2015 » de Jazz magazine ; le passionnant Henri Texier, aux mélodies identifiables entre toutes et à la musique apte à faire naître en nous les plus belles émotions ; le contrebassiste Avishai Cohen, au sommet de son art avec son nouveau trio et son flot de sensations, sauront attirer quelques milliers de visiteurs et faire … qu’avec la vingtaine de concerts gratuits des Cavale à Pinsac, Jazzepheen trio à Miers/Alvignac, Le Lot de Jazz, Filibusters, Les Tire-bouchons, Bismut-Minardi Chamber Jazz trio

Souillac soit en jazz.

 Robert Peyrillou, directeur artistique et président de Souillac en jazz

Lundi 15 juillet 2019 place de l’église à Pinsac

  • lundiEn 2003, Souillac en Jazz organisait pour la première fois un concert à Pinsac avec un duo guitare chant. « Les visages s’éclairaient de sourire, les mains frappaient le rythme et les pieds battaient le tempo. La place était remplie. » Depuis, les soirées se sont étoffées mais « l’ambiance Pinsac », amorcée ce soir-là, conserve sa chaleur, sa convivialité de musique simplement partagée.

En 2019, le quintet de Prêle Abelanet, Cavale, prendra scène devant la charmante église de village et apportera un jazz nourri de cinéma, de cirque et de fête foraine, de rock et de tango, de musique du monde souvent venue des Balkans. Il crée des fragments de rêve et des tranches de vie qui s’interpénètrent dans des panoramas où se déploient des histoires. Accordéon, saxophone ténor, trompette, contrebasse, batterie, les cinq musiciens partagent leurs émotions, leur poésie. Les airs se teintent de fraîcheur et d’inattendu, de mélancolie et de joie de vivre.
Nul doute que, dans l’ambiance douce de la soirée lotoise, on se laissera conter une histoire remplie de surprises et d’aventures musicales.

  • Prêle Abelanet, composition, accordéon
  • Alexis Lenoir, saxophone ténor
  • Arne Wernink, trompette
  • Pierre Baradel, batterie
  • Olivier Chevoppe, contrebasse

Mardi 16 juillet 2019 dans les grottes de Lacave

mardiÇa souffle ! Dans les tuyaux du gros et grave tuba, du bugle éclatant et dans les soufflets de l’accordéon des Aérofaunes, l’air frais de la grotte de Lacave se fait chant, se fait groove, se fait jazz. Le tubiste François Thuillier, par ailleurs au pupitre des grands ensembles de Martial Solal et Andy Emler et l’accordéoniste Alain Bruel, compagnon de jazz de Jean-Marc Padovani, mijotent depuis une dizaine d’années ce projet qui donne toute liberté à leur fantaisie créatrice. Le trompettiste Michel Marre, après avoir côtoyé Shepp, Sclavis…, rejoint les deux compères fondateurs pour cette soirée. Ensemble, ils élaborent leur propre langage pour raconter des histoires musicales, recueillies ou inventées, écrites ou éphémères. Soyons certain.e.s qu’ils sauront écouter les sons mystérieux que susurre la grotte et construire un monde sonore neuf et poétique.
L’espace, vaste et impressionnant sous la voûte de pierre haut perchée, se remplira de leur musique joviale et joyeuse, née de la complicité de trois amis plein d’humour et de verve.

  • Alain Bruel, accordéon
  • Michel Marre, bugle
  • François Thuillier, tuba

Jeudi 18 juillet 2019 Place Pierre Betz à Souillac

jeudi - 1er concertSouillac en Jazz est très heureux de contribuer au développement de l’émergence du jazz français avec ce concert « Jazz Migration ». En partenariat avec l’association Jazzé Croisé, le festival offre l’opportunité de découvrir de jeunes musicien.ne.s français.es, leurs travaux, leurs recherches et les nouvelles voies innovantes qui dessinent le jazz de presque demain.
Le trio inhabituel Three Days of Forest, voix – batterie – alto, constitué de deux musiciennes et un musicien, est de ces jeunes formations qui s’emploient à tout explorer. Mais pas à partir de rien. En effet, ce groupe a pour habitude de combiner sa musique avec d’autres formes artistiques, danse, arts visuels, arts plastiques et pour ce concert littérature. Ce sont les poèmes de deux poétesses afro- américaines, Gwendolyn Brooks et Rita Dove, qui servent de socle à leurs compositions. Cris de détresse et de revendication, mélodie délicate, tendre, parfois enfantine surgissent d’un chant plein, qui prend parfois un air incantatoire mystérieux. Dans ce paysage original, se dessinent des bribes de vie portées par des actes poétiques. La musique, nourrie d’effets et magnifiée par la pulsation très mélodiste du batteur, conduit aussi à la transe.
Place donc à l’émergence, à la jeunesse, au jazz qui s’essaie, qui s’expérimente.

  • Angela Flahault, voix
  • Florent Satche, batterie
  • Séverine Morfin, alto

Jeudi 18 juillet 2019 Place Pierre Betz à Souillac

jeudi - 2éme concert

Andreas Schaerer Quartet, A Novel Of Anomaly

Andreas Schaerer, vocaliste suisse original et très inventif qui occupe aujourd’hui une place essentielle dans la création musicale, concocte avec le guitariste finlandais Kalle Kalima, l’accordéoniste italien Luciano Biondini et le batteur américain Jarrod Cagwin un événement musical collectif : A Novel of Anomaly. Dans un cocon lyrique, que l’accordéon se plaît à conforter ou à bousculer, se chantent des histoires dans des langues aux sons contrastés – l’allemand guttural et le romanche latin mais surtout l’italien doux et fluide, en pureté et candeur enfantine. Andreas Schaerer, aujourd’hui voix majeure au pays du jazz, étonne et charme par ses acrobaties vocales virtuoses, en chant lyrique et beat-boxing, scat et imitation de sons, chanté-parlé et plus encore. Les accents méditerranéens rencontrent l’improvisation jazz, le jodle folklorique le rock et le blues, avec des pas de côté vers la bossa nova et le reggae. Surprise, délicatesse et joie tonique portent dans un élan poétique la combinaison neuve des héritages culturels et musicaux de chaque musicien, et leur grande diversité sonore, dans un livre de contes qui s’écoute, toujours neuf.

  • Andreas Schaerer, voix
  • Luciano Biondini, accordéon
  • Kalle Kalima, guitare
  • Jarrod Cagwin, batterie

Vendredi 19 juillet 2019 Place Pierre Betz à Souillac

vendrediRejouer son destin

« Là, tout près, il y a toujours et encore de la musique à embrasser, pour rejouer son destin, remettre ses pas en de lointaines traces, faire apparaître des nouvelles sensations, vibrations différentes, redonner une âme à des compositions anciennes, oubliées, estompées… », ainsi Henri Texier définit-il l’élan qui l’a poussé à créer ce nouveau projet, Sand Woman. Il entraîne ses compagnons à recréer d’anciennes compositions qu’il avait jouées en solo, mais en multi instrumentiste, dans les années 1970-80. Pour créer, multiplier, diversifier l’émotion, aller au plus intime de chacun.e, le contrebassiste chercheur installe un univers immédiatement reconnaissable par ses mélodies. Les deux saxophonistes, Sébastien Texier et François Corneloup, jouent alors des alliances sonores pour apporter des couleurs chaleureuses ou des contrastes féconds. Du guitariste Manu Codjia, les fidèles de Souillac en jazz connaissent bien la puissance et la force mélodique des solos inspirés (il est venu 3 fois à Souillac). Aux côtés d’Henri Texier et sa contrebasse, figure de patriarche inspirant, bienveillant et protecteur, les pulsations rythmiques, dansantes et chantantes du jeune batteur Gautier Garrigue entraînent les chants et les improvisations sur des chemins neufs. Les émotions arrivent en force, ne laissent pas de répit, dans un flot de tendresse ou de tristesse, de colère et d’espoir, de rêve et d’étonnement. La spiritualité prodiguée par les coupoles de l’abbatiale romane se joindra à la force de la musique libre dans un grand bonheur de jazz.

  • Henri Texier, contrebasse
  • Sébastien Texier, saxophone alto et clarinette
  • François Corneloup, saxophone baryton
  • Manu Codjia, guitare
  • Gautier Garrigue, batterie

Samedi 20 juillet 2019 Place Pierre Betz à Souillac

samedi

Le 23 juillet 2011, le public de Souillac en Jazz ovationnait le contrebassiste chanteur compositeur Avishai Cohen et son trio. On dansait, on chantait, on riait, on partageait la fête. On écrivait : « Il y a quelque chose de presque hypnotique dans le retour aux sources aussi bien individuelles que culturelles et qui, subtilement et intelligemment, dépasse l’individuel puis le culturel pour devenir un rappel des origines de la musique. De l’humain. » Avec sa formation fétiche, le trio, Avishai Cohen continue sa recherche dans les essences de la musique classique, jazz et moyen orientale pour toucher au plus intime de l’humain chacun d’entre nous. Aujourd’hui, il engage son art et sa musique avec de nouveaux musiciens, toujours en trio piano contrebasse batterie, en maintenant fermement l’énergie collective essentielle à l’improvisation.
Son jazz mélodique part en visite dans la world music ou le latino, sensuel et foisonnant, subtil. Grâce à l’énergie qui passe entre les musiciens, puis des musiciens au public, cette énergie unique que seuls savent mobiliser les très grands, il saura entraîner avec force les spectateurs émerveillés dans son élan vers l’essence même de la musique.

  • Avishai Cohen, contrebasse, voix
  • Elchin Shirinov, piano
  • Noam David, batterie

Partager

Magazine mensuel Caravan

Chaine YouTube

Publications récentes

Catégories

Archives